Mets toutes les chances de ton côté pour obtenir ton permis de conduire en passant
ta formation avec Formation Bolbec Auto-école !

12 Lieu-dit Convenance Gates,
97122 BAIE MAHAULT

09 74 56 69 14


Le lundi, Mardi, Jeudi et Vendredi :
9h à 11h40 et de 14h à 17h40

Le Mercredi : 14h à 17h40

Le Samedi : 9h à 11h40

Formations et stages proposés

Formations et stages proposés

PERMIS B

Le permis B permet de conduire des voitures dont le poids en charge est inférieur à 3,5 tonnes, et qui ne peuvent transporter plus de 8 passagers. Son obtention est soumise à des conditions d’âge, de formation et de réussite à un examen composé du code et d’une épreuve de conduite.

Quels véhicules peut-on conduire avec le permis B ?

Le permis B permet de conduire les véhicules automobiles : 

  • Ayant un poids total autorisé en charge (PTAC) qui ne dépasse pas 3,5 tonnes ;
  • Affectés au transport de personnes ou de marchandises ;
  • Conçus et construits pour le transport de huit passagers au maximum, conducteur non compris.

Conduite accompagnée

La conduite accompagnée permet, après une formation initiale en école de conduite, d’acquérir de l’expérience au volant en toute confiance et sous le contrôle d’un accompagnateur, dans les conditions de circulation les plus variées possibles, avant le passage des épreuves pratiques et l’obtention du permis de conduire et de l’autonomie.

Quels avantages ? 
La conduite accompagnée permet notamment :

  • D'acquérir une expérience de conduite. Gagner ainsi en confiance pour le passage pratique de l’examen, mais aussi en tant que futur conducteur ;
  • Un taux de réussite plus important lors du passage de l’épreuve du permis avec 75 % de réussite contre 57 % dans la filière traditionnelle ;
  • Une période probatoire réduite : les jeunes conducteurs ayant suivi la conduite accompagnée seront crédités de leurs 12 points sur le permis à l'issue de 2 ans sans commettre d’infraction, contre 3 ans pour les titulaires ayant obtenu le permis via la filière traditionnelle ;
  • Passer l’épreuve pratique du permis de conduire dès 17 ans et demi ;
  • Obtenir un tarif préférentiel sur son assurance «jeune conducteur» ;
  • Commencer la formation initiale en école de conduite (code et conduite), dès l’âge de 15 ans. 

Permis boîte automatique :

Les titulaires de la catégorie du permis de conduire B78 (boîte de vitesses automatique) peuvent avoir accès à la catégorie B sans mention restrictive, à condition de suivre une formation dont les conditions sont prévues par l'article 1er de l’Arrêté du 14 octobre 2016, relatif à la formation des titulaires de la catégorie B du permis de conduire, limité aux véhicules à changement de vitesses automatique pour des raisons non médicales, en vue de conduire des véhicules à changement de vitesses manuel relevant de cette même catégorie.

Cette formation ne peut être suivie qu'au moins 3 mois après l'obtention de la catégorie B mention 78. Elle est dispensée par un enseignant de la conduite automobile et de la sécurité routière, qui vérifie cette condition de délai. Cette formation pratique et individuelle est d'une durée de 7 heures.

De plus, elle sera dispensée sur un véhicule à changement de vitesse manuel, relevant de la catégorie B, et appartenant à l'établissement d'enseignement. Ce véhicule doit répondre aux conditions fixées par l'article 6-b de l'arrêté du 8 janvier 2001.

Enfin, une attestation sera remise à l'intéressé, conforme à l'annexe II de l'arrêté visé ci-dessus, qui pourra conduire un véhicule de la catégorie B hors mention, dès lors qu'il sera en possession du titre définitif.

Conduite supervisée

À qui s’adresse la conduite supervisée ?

L'apprentissage en conduite supervisée des véhicules légers s’adresse aux candidats, de 18 ans au minimum, qui souhaitent acquérir une expérience de conduite avant le passage de l’examen du permis de conduire ou après, en cas d'échec(s) à l’épreuve pratique.

Pour vous inscrire, vous devez aussi avoir l’accord de l’assureur du véhicule.

Quelles sont les conditions d’accès ?

On peut choisir la conduite supervisée :

  • Soit au moment de l’inscription à l’auto-école.
  • Soit après un échec à l’épreuve pratique.

Pour y accéder, il faut : 

  • Avoir réussi le code de la route ; 
  • Avoir suivi une formation pratique avec un enseignant de l’école de conduite (20 heures minimum) ; 
  • Avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant et de la sécurité routière, et obtenu l’attestation de fin de formation initiale (AFFI), figurant en annexe du livret d’apprentissage, définie par arrêté du Ministre chargé de la sécurité routière.

PERMIS AM option voiturette

Depuis le 1er novembre 2014, on peut conduire une voiturette dès l’âge de 14 ans, contre 16 ans auparavant. Vous cherchez une alternative aux deux-roues pour votre ado ?

La voiturette, la voiture sans permis ou le petit quad sont caractérisés par une cylindrée inférieure ou égale à 50 cm3, pour un moteur essence ou 4kW pour un moteur diesel. Avec une vitesse maximale égale à 45 km/h, il est interdit de circuler sur autoroute avec une voiturette ! Elles ont généralement 2 places.

Les personnes nées avant le 1er janvier 1988 peuvent conduire une voiturette sans permis. C’est votre cas ? 

Les personnes nées à partir du 1er janvier 1988 doivent obligatoirement avoir le permis AM option quadricycle léger, pour pouvoir conduire une voiture sans permis. C’est votre cas ? Alors sachez que la formation au permis AM option quadricycle léger est identique à la formation option cyclomoteur. 

Il existe également des voiturettes 4 places qui nécessitent le permis B1 pour pouvoir être conduites. 

Le recyclage à la conduite d'un véhicule

Le recyclage est prévu pour les personnes titulaires du permis de conduire, qui désirent reprendre des leçons de conduite suite à une longue période sans conduire ou simplement pour connaître les nouveautés du code de la route.

Vous souhaitez reprendre la conduite de votre voiture en toute sécurité ? Il suffit de quelques heures pour retrouver les réflexes de la conduite.

Le programme de révision est adapté en fonction du profile du conducteur, conduite en ville, sur route, manœuvres..

Les stages post-permis et réduction de la période probatoire

À partir du 1er janvier 2019, les titulaires d’un premier permis de conduire, qui auront suivi une formation complémentaire « post-permis » bénéficieront d’une réduction du délai probatoire.

Depuis peu, les jeunes conducteurs ayant entre 6 et 12 mois de permis de conduire, peuvent suivre une formation post-permis dans une auto-école agréée.

La formation, d’une durée de 7 heures et dispensée sur une journée complète, comprend notamment un questionnaire d’auto-évaluation, qui doit permettre à chaque candidat de se connaître en tant que conducteur.

Des travaux de groupe, d’une durée d’une heure ou plus, sont ensuite réalisés autour de certaines thématiques comme la perception des risques, les situations complexes, la mobilité des jeunes usagers ou encore le choix de la mobilité.

L’objectif est de sensibiliser une nouvelle fois les conducteurs aux risques liés à la conduite, et de revoir sa façon de conduire afin de l’améliorer et de corriger les éventuelles mauvaises habitudes.

À la suite de cette formation, le jeune conducteur voit sa période probatoire réduite. En effet, un conducteur qui a suivi la formation à la conduite accompagnée voit sa période probatoire passer de 2 ans à 1 an et demi. Un conducteur ayant suivi une formation traditionnelle ou en conduite supervisée verra, quant à lui, sa période probatoire passer de 3 ans à 2 ans.

Stage de sensibilisation à la sécurité routière (récupération de points)

Les stages de sensibilisation à la sécurité routière sont réglementés par le Ministère des Transports, leur déroulement et programme sont les mêmes dans toute la France.
Le stage se déroule sur deux jours, il est validé sans examen et vous permet de récupérer 4 points. Il  est animé par 2 animateurs : un titulaire du BAFM (Brevet d’Aptitude à la Formation des Moniteurs Auto-école), et un psychologue ayant suivi un enseignement spécifique à l’Institut National de Sécurité Routière et de Recherches (INSERR).

Le nombre de points après avoir suivi un stage, est limité à 12, sauf en période probatoire où la limite varie de 6 à 10 suivant l'ancienneté du permis.

Chaque détenteur a la possibilité de ne suivre qu'un seul stage de récupération de points par an.

Le stage ne constitue ni un examen du code de la route ni un rappel de celui-ci. Il vise à sensibiliser ses participants à la prévention routière par la discussion et l’écoute autour des thèmes de la sécurité routière.

L’objectif étant d’améliorer le comportement du stagiaire sur la route et de le rendre alerte au danger.

Sensibilisation aux risques routiers en entreprise

Quelques chiffres :

  • 80% des chefs de TPE ou PME ne prennent pas le temps d’organiser des journées ou des séminaires de prévention (IFOP)
  • 16% des chefs d’entreprise ont mis en place un plan de communication et de prévention en interne
  • 40% des accidents de la route se font au cours d’un déplacement professionnel
  • 1ère cause d’accident mortel au travail, les accidents de la route ont fait près de 500 morts en 2018
  • 62% des dirigeants seulement savent qu’ils peuvent être désignés comme responsables en cas d’accident de trajet à issue mortelle en situation de déplacement professionnel

L’employeur est expressément tenu d’assurer la sécurité de ses salariés. Il lui incombe donc la responsabilité d’évaluer le risque routier, et de mettre en place un plan de prévention et de sensibilisation adaptés.
Pour ce faire, il est dans l’obligation de rédiger un Document Unique. Il s’agit d’un document officiel listant l’ensemble des risques professionnels en entreprise. 
De plus, ce listing doit bien évidemment être accompagné des mesures et actions de prévention prévues en conséquence. Il peut s’agir de journées dédiées à de l’information ou à des formations adaptées.
D’autre part, la voiture de société prêtée au salarié doit être assurée et le permis de ce dernier doit avoir été vérifié. En cas d’accident, l’employeur est responsable.